"La sensibilité au bout des doigts"

Depuis son adolescence et sa rencontre avec l'oeuvre de Maurice Quentin de La Tour, Bénédicte cultive sa passion pour le dessin et la peinture. Elle garde aujourd'hui une dilection particulière pour le pastel, quoiqu'elle ait trouvé dans l'aquarelle une technique complémentaire pour s'exprimer. 
    Ses tableaux se veulent un partage d'émerveillement. Par la délicatesse de son dessin et la vivacité de ses coloris, Bénédicte se fait le porte-parole des fragments de beauté, fragiles et délicats, semés en ce monde. Qu'ils soient partagés de manière réaliste ou abstraite, un bouquet de fleur, un poème ou un chant... sont autant d'appels à nous laisser submerger par ce qui peut changer nos regards en joie : notre sensibilité."

             Après un coup de foudre pour le pastel à 17 ans, lors d’une exposition sur Maurice-Quentin de La Tour, prince des Pastellistes du XVIIIe siècle, puis la découverte des aquarelles de Madeleine Lemaire et Blanche Odin, cette passion pour le pastel et l'aquarelle n’a plus jamais quitté Bénédicte. Formée auprès des professeurs de la Société des Pastellistes de France et d'aquarellistes réputés, Bénédicte a suivi les enseignements de l’école Terre et Feu. En 2013, elle en ressort diplômée avec les félicitations du jury à l’unanimité. Une formation à l’écoute des grands maîtres de toutes techniques, aussi diverses que variées, qui lui a donné une solide assise pratique et théorique. 
        Peindre les fleurs - et les roses, surtout les roses - a toujours été le thème principal de ses oeuvres. Un sujet de prédilection qui lui permet d’exprimer toute sa sensibilité en alliant à la délicatesse du dessin la vivacité des coloris.
      Egalement musicienne (Bénédicte est chanteuse lyrique et violoncelliste), le passage à l’abstraction lui a permis de transposer sur ses toiles les inspirations musicales, poétiques ou littéraires qui l'habitent.
        Qu'il s'agisse de bouquets ou de peinture abstraite, l'intention est toujours d'aller au-delà du "joli", et de trouver et d'exprimer ce qui est plus intime en soi, son âme. Un parti pris en faveur de la beauté parce que "ce monde dans lequel nous vivons a besoin de beauté pour ne pas sombrer dans la désepérance. La beauté, comme la vérité, c'est ce qui met la joie au coeur des hommes, c'est ce fruit précieux qui résiste à l'usure du temps, qui unit les générations et les fait communiquer dans l'admiration..."